Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

De A à Z, le 23/09/2003
EUROPE

Vous fustigez très souvent l’Europe de Bruxelles qui, selon vous, place les peuples sous tutelle. Par ailleurs, vous vous déclarez partisan d’une Europe des nations. Êtes-vous oui ou non un Européen convaincu ?

Alors, soyons clairs : oui, je suis un Européen. Et même un Européen de cœur.

Une communauté de civilisation
Pour moi, l’Europe est une communauté de civilisation. Une civilisation qui est, à mes yeux, la plus belle et la plus grande que notre terre ait portée. Une civilisation dont procèdent tous les pays du continent et qui les rapprochent les uns des autres et les distinguent du reste du monde.

Bruxelles, le cheval de Troie des Américains
Telle est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis très critique à l’égard de la construction bruxelloise. Car celle-ci semble conçue essentiellement comme un instrument du mondialisme qui vise à détruire les nations traditionnelles sans pour autant chercher à leur substituer une grande « nation » européenne. Rien n’est fait pour affirmer l’identité de l’Europe, pour assurer la défense de ses intérêts et rendre à notre continent tous les attributs de la puissance.

En revanche, Bruxelles se comporte comme le cheval de Troie des États-Unis en Europe et s’aligne sur le nouvel ordre mondial américain. Tout se passe comme si son projet européen n’était qu’une première étape vers le gouvernement mondial.

Comment expliquer autrement que les principales nations d’Europe restent membres de l’OTAN sous tutelle américaine et qu’elles envisagent de faire entrer en leur sein la Turquie qui ne procède en rien de la civilisation européenne ?

Bruxelles affaiblit les nations
sans renforcer l’Europe

Les institutions de Bruxelles fonctionnent à l’envers. Au lieu de se concentrer sur tout ce qui pourrait rendre leur puissance collective aux nations d’Europe, elles cherchent à les affaiblir en les écrasant de sa tutelle supranationale et réglementaire. C’est ainsi qu’il y aura bientôt moins de différences juridiques entre les États européens qu’entre les États américains alors que, dans le même temps, l’Europe, qui est plus peuplée et tout aussi riche que les États-Unis, continue de jouer un rôle secondaire dans le monde.

Ma conviction est qu’il faut donc changer de perspective, d’autant qu’avec l’entrée des pays de l’Europe centrale au sein de l’Union, celle-ci va devenir pratiquement ingouvernable. Modifions donc le système bureaucratique actuel et créons une véritable confédération européenne capable de s’imposer sur la scène internationale.

Pour une confédération européenne
Pour ce faire, je souhaite ardemment que les pays d’Europe organisent entre eux une puissante alliance militaire capable de se substituer à l’OTAN. Et aussi que l’euro devienne un véritable instrument de la puissance économique de l’Europe, susceptible de concurrencer et de normaliser le dollar. En revanche, laissons une plus grande autonomie aux États, pourquoi pas d’ailleurs, en mettant en œuvre le principe très pragmatique de l’Europe à la carte. Chaque État s’engageant librement dans les secteurs de coopération qui lui conviennent.

Et je n’entrerai pas ici dans plus de détails car, sur les questions institutionnelles de fonctionnement quotidien, tout, bien sûr, peut être discuté. Mais sur l’essentiel, le choix est pour moi très clair : ou bien l’Europe reste engagée dans une construction bureaucratique et mondialiste et elle se contentera d’accompagner le déclin des pays du continent en procurant à ses membres plus de contraintes que d'avantages. Ou bien la confédération européenne devient un grand projet politique et notre continent peut connaître un renouveau de grande ampleur, porté par un courant d’enthousiasme populaire.

Pour une Europe puissante et indépendante
Car, avec une Europe confédérale, affirmant son indépendance et son identité, notre continent peut redevenir le grand pôle de puissance et de civilisation qu’il a toujours été et se trouver de nouveau au cœur du monde et de l’histoire. Il en résulterait pour nos pays un regain de vitalité culturelle, scientifique et économique. Et l’Europe pourrait devenir un facteur d'harmonie dans le monde en rééquilibrant la scène internationale et en proposant une autre vision que celle du nouvel ordre mondial américain !

Avec l’Europe, la France peut revenir dans l'histoire.
Imprimer cet article  


  Civilisation
  Communautarisme
  Droite
  État
  États-Unis
  Europe
  Extrême-droite
  Femmes
  Gauche
  Immigration
  Islam
  Israël
  Libéralisme
  Mondialisation
  Nation
  Racisme
  République
  Social
  Turquie


   www.Bruno-Megret.com > Tout savoir > De A à Z Remonter en haut de page