Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

De A à Z, le 23/09/2003
FEMMES

Vous êtes partisan d’une grande politique familiale et d’une relance de la démographie française. Vous êtes contre la parité, contre le féminisme. Alors, c’est vrai, vous voulez renvoyer les femmes dans leur foyer ?

Non, c’est faux, je n’ai jamais rien déclaré de tel. Et ce n’est pas ce que je souhaite, ni pour la France ni pour les Françaises.

Ni machisme rétrograde,
ni féminisme frénétique

Sur cette question, comme sur beaucoup d’autres, ma démarche est équilibrée. Car si, bien sûr, je ne suis pas favorable à un retour en arrière qui placerait la femme en situation subordonnée au sein de notre société, je ne suis pas non plus pour cette espèce de frénésie féministe qui pousse certaines femmes à revendiquer toutes les places, même celles qui réclament à l’évidence des capacités par essence masculines. Je suis choqué par cette vision absurde de la parité obligatoire et universelle qui voudrait que dans chaque profession, quelle qu'elle soit, même chez les militaires ou les marins, on obtienne un nombre de femmes égal à celui des hommes.

Non au nivellement et aux quotas
Je trouve également qu’il est profondément malsain de chercher à imposer artificiellement cette parité absolue au moyen de quotas légaux comme on l’a instauré en politique. Car c’est une atteinte à l’égalité de tous devant la loi et c’est humiliant pour les femmes que de les considérer comme incapables d’arriver par elles-mêmes aux postes qu’elles ambitionnent.

En réalité, le féminisme extrémiste s’inscrit dans ce courant mondialiste qui vise à gommer toutes les différences et à nier les identités propres aux êtres humains et aux groupes qu’ils forment. Pourtant, il existe, à l’évidence, une identité féminine, comme il y a une spécificité masculine clairement établie par la nature.

Donner aux femmes toute leur place
Et s’il ne s’agit pas de leur donner une existence juridique en attribuant par la loi telles places aux hommes et telles places aux femmes, faut-il pour autant utiliser la loi pour faire disparaître ces différences par ailleurs bien naturelles ?

Ainsi en est-il par exemple du rôle de la femme au sein de la famille. Que l’on conteste une politique qui chercherait à contraindre les femmes à renoncer au travail pour s’occuper à plein temps de l’éducation de leurs enfants, c'est bien évident et tel n’est pas du tout mon propos. Mais faut-il, à l’inverse, par le système des aides publiques et par la pression sociale, contraindre les femmes à travailler ? En quoi le métier de mère de famille serait-il moins noble qu'une activité professionnelle ?

En réalité, je crois qu’il convient de revenir à une conception plus juste, plus naturelle et plus équilibrée. A mes yeux, les femmes ont un rôle tout à fait majeur à jouer au sein de notre société. Leurs qualités propres sont utiles à notre pays et lui ont d’ores et déjà beaucoup apporté. Il convient donc de maintenir cette ouverture totale de notre société aux légitimes ambitions des femmes. Mais, pour le reste, il ne faut rien forcer et leur laisser une entière liberté de choix.

La liberté pour les femmes
L’action publique doit donc viser à assurer cette liberté et à éviter qu’elle ne soit faussée, notamment par des quotas, des pressions morales ou des contraintes financières. Ainsi, par exemple, le choix qu’une femme doit exercer entre le travail et l’éducation à plein temps de ses enfants ne doit-il pas être biaisé par des pénalités financières ou de carrière. Je suis pour la liberté des femmes.
Imprimer cet article  


  Civilisation
  Communautarisme
  Droite
  État
  États-Unis
  Europe
  Extrême-droite
  Femmes
  Gauche
  Immigration
  Islam
  Israël
  Libéralisme
  Mondialisation
  Nation
  Racisme
  République
  Social
  Turquie


   www.Bruno-Megret.com > Tout savoir > De A à Z Remonter en haut de page