Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

De A à Z, le 23/09/2003
RACISME

Vous défendez la France et l’Europe, vous attachez beaucoup d’importance à la notion d’identité. Vous êtes contre l’immigration. Vous ou vos amis êtes fréquemment traités de racistes par vos adversaires. Est-ce qu’au fond cette accusation n’est pas fondée ? Êtes-vous raciste ?

Non, bien sûr, je ne le suis pas. Et je trouve particulièrement pénible que cette question revienne si souvent dans les débats publics.

Les Français ne sont pas racistes
Car je sais que les Français ne sont pas racistes non plus. Malgré la très forte immigration que nous connaissons, il n’y a pratiquement pas de racisme dans notre pays. Si l’on en parle tant, c’est parce que certains, grands maîtres du politiquement correct, multiplient les amalgames et la désinformation sur ce sujet pour servir leurs idées et leurs positions.

Ainsi, par exemple, lorsque mon épouse a été poursuivie en tant que maire de Vitrolles pour avoir instauré une prime de naissance destinée à toutes les familles dont l’un des parents au moins est de nationalité française ou ressortissant d’un État membre de l’Union européenne, certains ont cru qu’elle était condamnée pour racisme. Or, rien n’est plus faux, car, par exemple, une famille vitrollaise dont le père est allemand d’origine turque et la mère algérienne aurait eu droit à cette prime. Où se trouve dès lors le racisme ? Il n’y en a pas, sauf si l’on procède à un amalgame entre la nationalité et la race, le patriotisme et le racisme.

Contre la culpabilisation du patriotisme
Et telle est bien la formidable confusion que l’on cherche délibérément à entretenir dans notre pays pour tenter de tuer tout sentiment d’appartenance, a fortiori tout sentiment national. Soyons donc lucides et ne nous laissons pas manipuler. Si l’on agite à ce point la question du racisme, c’est dans un but politique très précis. Il s’agit de neutraliser tous les adversaires de l’immigration massive et incontrôlée que nous subissons actuellement en France. Il s’agit aussi de culpabiliser les Français et de les empêcher de manifester leur mécontentement ou leur colère face aux méfaits de l’immigration.

Le droit à l’identité
En réalité, on veut, avec cet épouvantail, forcer nos compatriotes à accepter une immigration qui les déracine et les prive de leurs repères et de leur culture. Or, cela est profondément malsain, car il est naturel et légitime que chacun soit attaché à son identité et à la communauté à laquelle il appartient. Je considère donc que ce droit, qui est d’ailleurs reconnu par les bien-pensants aux Bosniaques, aux Tchétchènes, aux Kosovars et à tous les peuples du tiers monde, doit être également admis pour les Français et les Européens. D’autant que ce sentiment est parfaitement compatible avec la tolérance et l’ouverture aux autres.

Contre le racisme
Quant au racisme, le vrai, celui qui se traduit par des manifestations déclarées de haine et de violence envers une personne pour le seul fait de sa race, je le condamne, bien sûr, d’où qu’il vienne.
Imprimer cet article  


  Civilisation
  Communautarisme
  Droite
  État
  États-Unis
  Europe
  Extrême-droite
  Femmes
  Gauche
  Immigration
  Islam
  Israël
  Libéralisme
  Mondialisation
  Nation
  Racisme
  République
  Social
  Turquie


   www.Bruno-Megret.com > Tout savoir > De A à Z Remonter en haut de page