Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

De A à Z, le 23/09/2003
TURQUIE

La Turquie est un pays en pleine expansion économique et en voie de normalisation démocratique. Elle est par ailleurs une grande nation située en partie sur le continent européen et déjà membre du Conseil de l'Europe. La Turquie souhaite ardemment entrer dans l'Union européenne afin de s’ancrer dans le monde occidental. Pourquoi êtes-vous contre l'entrée de ce grand pays dans l'Europe ?

La Turquie mérite notre respect
La Turquie est en effet un grand et beau pays. Son histoire est très brillante. Elle a d'ailleurs connu sur son sol la civilisation grecque et romaine, puis la civilisation chrétienne et byzantine avant de devenir le cœur de l'empire ottoman, musulman et oriental. Son patrimoine est particulièrement riche et j'ai eu l'occasion de me rendre de nombreuses fois en Turquie, toujours avec plaisir et intérêt. La Turquie mérite donc tout notre respect et pourrait être liée par un traité d’amitié avec l’Europe. Tout cela ne me paraît pourtant pas suffisant pour faire entrer la Turquie au sein de l'Union européenne.

La Turquie n'est pas un pays européen
La Turquie n'est pas en effet un pays européen. Si l'on définit l'Europe par sa géographie, son histoire, sa religion et sa culture, c'est-à-dire en un mot par sa civilisation, la Turquie ne procède en rien de la civilisation européenne. Comme l'indiquent tous les atlas et tous les dictionnaires, elle est située en Asie. Son histoire est celle d'une opposition constante à l'Europe. Sa religion et sa culture sont celles du monde musulman. Elle ne relève donc en rien de l'identité européenne marquée par le christianisme. Ma position est donc simple : si la Turquie n'est pas européenne, elle ne doit pas entrer dans l'Europe.

Son entrée aggraverait les problèmes
de l’Europe

L'entrée de la Turquie dans l'Europe serait une catastrophe. La libre circulation des personnes qui serait ainsi accordée aux ressortissants turcs sur tout le territoire européen amplifierait une immigration qui provoque déjà des problèmes dramatiques. L'entrée d'un pays musulman, qui deviendrait rapidement le plus peuplé des États membres, accélérerait le processus déjà particulièrement inquiétant d'islamisation des pays européens. Un processus qui serait encore aggravé si, comme c’est possible, la Turquie basculait totalement dans l’intégrisme islamique. De plus, l'intégration de la Turquie au grand marché communautaire provoquerait, en raison des différences de coûts salariaux, des délocalisations massives vers l'Asie Mineure. Enfin, l'Europe se retrouverait posséder des frontières communes avec l'Iran et l'Irak et se pourrait donc être directement impliquée dans des conflits qui ne sont pas les siens.

La Turquie dans l’Union,
c’est la fin de l’Europe

En réalité, pour exister de façon positive et tangible, l'Union européenne doit incarner une réalité dans laquelle les Européens se reconnaissent. Si donc on faisait entrer la Turquie dans l'Europe, on la transformerait en un ensemble qui n'aurait plus aucune identité. On créerait de surcroît un précédent qui permettrait ensuite au Maroc, à la Tunisie, à l'Algérie, voire à tous les pays de la Méditerranée, d'entrer dans l'Union européenne. Ce serait à coup sûr détruire l'Europe et réduire les institutions européennes à une structure purement économique et financière au demeurant totalement ingérable.

Des frontières pour une Europe européenne
L'Europe pour exister doit se constituer autour de la civilisation commune aux nations qui la composent. Elle doit avoir des frontières définitivement arrêtées aux limites naturelles du pôle de civilisation qu’elle constitue. Je partage donc le sentiment de Valéry Giscard d'Estaing qui s'est déclaré hostile à l'entrée de la Turquie dans l'Europe. Et j'affirme que, si par malheur ce pays devait devenir membre de l'Union européenne, c’en serait fini de l'Europe.
Imprimer cet article  


  Civilisation
  Communautarisme
  Droite
  État
  États-Unis
  Europe
  Extrême-droite
  Femmes
  Gauche
  Immigration
  Islam
  Israël
  Libéralisme
  Mondialisation
  Nation
  Racisme
  République
  Social
  Turquie


   www.Bruno-Megret.com > Tout savoir > De A à Z Remonter en haut de page