Accueil   Réflexions d'actu   Lu, vu, entendu   Côté Privé   Côté public   Tout savoir   Écrits 
     
A la une
 Qui est Bruno Mégret
 Son parcours politique
 Ses options de A à Z
 Son autobiographie
 Ses ouvrages
 Découvrez le site du MNR

  Contacter Bruno Mégret

L'Alternative nationale

Sommaire:
Introduction: Le mur
Chapitre 1: Le retour du politique
Chapitre 2: Le combat pour les valeurs
Chapitre 3: La liberté pour le peuple
Chapitre 4: L'impératif d'identité
Chapitre 5: La préférence pour la vie
Chapitre 6: Le renouveau du savoir
Chapitre 7: Du travail pour les Français
Chapitre 8: Le social par la fraternité
Chapitre 9: De l'harmonie pour le pays
Chapitre 10: La sécurité dans la cité
Chapitre 11: La grandeur pour la nation
Conclusion: Le printemps de la France



Introduction
Le mur

Il m'arrive parfois, lorsque le tumulte de la bataille politique s'apaise, de voir les événements s'éloigner de moi et prendre soudain, de par la perspective ainsi modifiée, une dimension et un relief tout différents de ceux que nous renvoient habituellement les médias. Et, chaque fois, je suis frappé par le décalage entre la réalité qui est la mienne et celle que propose l'établissement.
Je me suis engagé pour le bien de mon pays. Ma conscience est en paix. Je suis fier de mon action. Et on essaye de faire croire que nous serions le mal et que nous devrions avoir honte.
Tout se passe comme si deux vérités antagonistes coexistaient. D'un côté, le Mouvement national républcain, dont les projets relèveraient du domaine de l'utopie et du diabolique, comme s'ils ne procédaient pas du réel mais du fantasme. De l'autre, l'établissement, qui serait seul en prise sur la réalité, seul capable de gouverner et seul à même d'agir bénéfiquement. Il y aurait ainsi deux mondes. Celui du Mouvement national républicain serait le domaine du mal, des chimères et de l'irresponsabilité. Celui de l'établissement représenterait le royaume du bien, du responsable et du possible. L'un serait le lieu d'épanouissement des instincts et de la pratique systématique de l'opposition, l'autre le jardin où se cultive la raison et où se pratique l'art de diriger et de gouverner. Et l'un devrait être maintenu à l'écart de l'autre, car le premier exercerait une attirance maléfique sur les gens pendant que le second, prisonnier des contraintes du réel, serait dans l'incapacité d'apporter aux hommes l'équivalent de ce que leur promettraient les marchands de fantasme.
Il faudrait donc combattre le Mouvement national républicain non seulement pour ses mauvaises idées, mais aussi parce qu'il peut susciter de faux espoirs et, pour cela, l'isoler et le contenir. Entre les deux mondes s'élève donc un mur qu'il faut jalousement défendre, le mur de l'établissement qui doit protéger la France et les Français du danger et des illusions frontistes.
Dans ce schéma purement fictif, il existe une réalité bien tangible, celle du mur. J'ai eu personnellement l'occasion de m'y heurter en un choc d'une grande violence lors des élections municipales de Vitrolles en juin 1995. Alors que le courant national était en position de gagner, il s'est trouvé confronté à une formidable opposition qui n'avait rien de populaire ni de spontané. A Vitrolles, j'avais contre moi la plupart des pouvoirs officiels, pas seulement ceux de la classe politique, mais aussi les dirigeants des syndicats, les médias institutionnels, les responsables d'associations et de clubs sportifs subventionnés, les fonctionnaires des organisations patronales, bref, tous ceux qui disposent d'un pouvoir ou d'une prébende et entendent le conserver. Il ne s'agissait pas des personnes qui exercent une responsabilité concrète, comme les patrons de terrain ou les sportifs amateurs, mais de ceux qui sont stipendiés, organisations patronales, sportifs professionnels ou associations subventionnées. Craignant pour leurs privilèges, ces derniers ont prêté main-forte aux politiciens locaux et nationaux pour faire battre à tout prix le mouvement national sans se préoccuper de moralité ou de légalité. Fraude électorale, tracts anonymes, pressions en tout genre, faux, intimidations physiques, embrigadement des enfants des écoles, rien ne nous fut épargné.
Or, ce qui est vrai pour une commune l'est encore plus à l'échelle de la nation. Pour protéger son pouvoir, la classe politique et, au-delà d'elle, l'établissement tout entier, ont édifié une véritable muraille qui enserre les Français, limite leur horizon, leur libre arbitre et leur libre conscience, en un mot, bride leur liberté d'agir et de penser. Les briques de ce mur s'appellent intolérance, discrimination, diabolisation, manipulation médiatique, chantage, pensée unique, lutte contre l'exclusion, intégration, Maastricht, nouvel ordre mondial.
C'est ce mur que le Mouvement national républicain veut abattre pour libérer les Français, pour leur ouvrir de nouveau les vastes horizons du monde réel, celui où tout est possible, pourvu qu'on le veuille et qu'on en prenne les moyens. Celui où les nations peuvent survivre et se forger un destin. Celui où les énergies ne sont plus bridées, où les pensées sont libres de tout tabou.
Le Mouvement national républicain se situe donc aux antipodes de l'image que l'on donne de lui. Loin d'être l'expression réactionnaire d'un mal vivre ou d'un mal être, il est une force populaire de libération, un instrument politique de régénération, il est le chemin par lequel la France peut de nouveau rentrer dans l'histoire.
Car rien n'est figé, et l'avenir reste ouvert à notre peuple et à notre nation. Il suffit de le vouloir. La preuve en est qu'il existe une autre politique totalement différente de celle pratiquée par l'établissement, une alternative nationale que trop souvent les Français méconnaissent, tout simplement parce qu'ils ignorent tout du programme du Mouvement national républicain. Et c'est à cette découverte que je voudrais les inviter par le truchement de ce livre en les entraînant de l'autre côté du mur.
Ils y apprendront tout ce qui est possible et que l'établissement juge utopique. Ils y verront tout ce qui est bénéfique et que les lobbies jugent diabolique. En un mot, ils découvriront la grande politique qui assurera la renaissance de la France lorsque viendra le jour de l'alternative nationale.



   L'Autre scénario
   La France à l'endroit
   Le Chagrin et l'espérance
   La Nouvelle Europe
   La Troisième voie
   L'Alternative Nationale
   La Flamme

   www.Bruno-Megret.com > Ecrits > Ouvrages Remonter en haut de page